Accueil
Articles
Documents
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
S'abonner
Se désabonner
Préférences

Se reconnecter
---

Votre nom (ou pseudo) :

Votre code secret



Connectés :

( personne )
Un divorce à Créteil - Enfance volée

Sécurité

Securite.jpg







Visionner le diaporama . Photostory.


L’état des lieux APCE 94 : 
  
  Un site hors normes et inadapté, n’assurant aucune sécurité physique ou psychologique aux enfants. Le centre a fermé pour raison d’hygiène et sécurité à deux reprises. Sur les 3 derniers mois, 10 semaines fermées sur 14. Durant cette période aucun site de remplacement ne fut proposé. Pannes de chauffage, électricité hors normes, fuite d’eau, jouets mis à disposition cassés, produits d’entretien à la portée des enfants.
« Reste que l’intérêt supérieur de l’enfant est bien l’affaire de tous, citoyens comme institutions. Simple question de responsabilité collective. (Protection de l’enfance, Magazine du Conseil Général du Val de Marne, N°254) »

-------------------------------------------------------------------------------------

C'est ma vie, quand j'étais petit...

                   Quand j'étais petit                                         Mon bac à sable

 

   A peine arrivé, j’ai découvert ce bac à sable. J’ai tout de suite fait des beaux pâtés. J’avais à peine un an en janvier 2006, il faisait froid, un peu de soleil, mais j’étais bien, il y avait mon papa, il ‘avait disparu’ pendant bien longtemps. Ce qui m'a manqué le plus c'était mon papa. "Je veux mon papa".



 

 

-------------------------------------------------------------------------------------

Dans mon bac à sable

Visionner le diaporama PhotostoryMon_bac_a_sable.jpg

 
 
 

2006 2007 2008 2009

  Janvier 2006, 2007, 2008, janvier 2009, Peut être y suis-je né. Je ne l’ai jamais vraiment quitté. En tout cas je connais tous les petits coins, quand les feuilles tombent, quand il fait froid, quand il fait un peu chaud et quand il fait très chaud. Papa me dit que plus tard, j’irai avec lui faire du ski, maintenant je n’ai pas le droit. Je suis seul, toujours seul ici, mais c’est bien avec mon papa. Je voudrais aller à la piscine mais je suis trop petit. Mon papa m’a offert un vélo, mais il est crevé. Alors il m’a acheté un autre vélo, je suis fier je vais à grande vitesse. Il a voulu m’apprendre à faire du roller mais dans le sable ce n’est pas rigolo, je n’ai plus voulu. J’aimerais monter dans la voiture de papa, comme mes camarades à l’école, eux ils ont un papa.


-------------------------------------------------------------------------------------

Le grand saut


1046.jpg Image1054.jpg 1035.jpg

En été je ne vois pas mon papa, car ici c’est fermé. Pendant les vacances et après l’école, je n’ai pas le droit de le voir. Pourquoi ? De quel droit ? A l’école, j’ai un ami, je lui ai demandé « raconte moi un papa, c’est quoi ? ». Le juge a dit que je n’avais pas droit à un papa, que je n’avais pas besoin de papa pour grandir. Ici tout le monde parle d’elle. J’ai entendu que la juge qui enlève les papas aux enfants était folle, papa n’était pas content quand je lui ai dit. Il m’a dit que j’avais une famille, il a compté sur ses doigts, sur mes doigts, c’était amusant car nous n’avions pas assez de mains pour compter, la mamie, les cousins, les cousines, les tantes, qui voulaient me connaître et m’aimaient. Je ne l’ai pas cru. Je n’ai pas de famille. L’autrefois, c’était mon anniversaire et il m’a fait un gâteau. Papa dit n’importe quoi, les papas cela dit n’importe quoi, ce sont « des têtes de mules », il m’a dit que j’avais une maison avec un jardin, une chambre à moi remplie de jouets et même encore le lit quand j’étais petit et même une chatte qui s’appelait Quiquine et qui parlait. Papa disait qu’il connaissait un endroit où on pouvait marcher longtemps, du matin quand on se lève jusqu’à la nuit, dans du sable et qu’il y avait la mer. Il y avait aussi des montagnes qui allaient jusqu’au ciel et couvertes de neige et qu’on dormait dans les étoiles. Des images, des mots qui me faisaient rêver, me transportaient dans un monde merveilleux qui aurait pu être le mien. J’avais fini par m’habituer ici, car c’était toute ma vie depuis tout petit, toute ma vie avec papa. Mais un jour j’ai voulu savoir la vérité, y avait-il autre chose, derrière ce bac à sable. D’abord je ne l’ai pas dit à papa, c’était mon secret. J’ai pensé qu’il fallait que j’apprenne à sauter de plus en plus haut de plus en plus fort pour m’échapper, papa m’appelle l’acrobate et, un jour, je réussis, je parvins à sortir de mon bac… 
 

-------------------------------------------------------------------------------------

Entre les grilles

Visionner le diaporama
Entre_les_grilles.jpg

 

 

 


 

 
 
 
…mais je découvris les grilles, il y en avait partout, mon père était prisonnier, Je ne renonçais pas, je savais que derrière les grilles il y avait la porte magique de ma maison de papa, avec une vie normale, heureuse, celle de mes rêves. Papa ne pouvait mentir. Alors je me suis mis dans la tête de voler… Papa m’a dit que c’était possible. « Il y avait beaucoup de boulot » pour y arriver mais nous, on n’est pas paresseux, on n’est pas des fainéants. En attendant, je prenais possession des lieux, ouvrir, fermer les portes, c’était déjà du travail, il y avait les branches mortes et cachés dans les buissons, les gendarmes, vous ne savez pas ? Ce sont des insectes très rigolos.
 

 

 

Entre les grilles

 

-------------------------------------------------------------------------------------

Horizon

                                                            visionner le diaporama Photostory

558.jpg
1616.jpg

…je montais au premier étage de la maison, repérais les lieux, c'est moi qui ai pris les photos, je suis un grand photographe et je filme aussi très bien. Mais mon horizon n’allait pas très loin : une grande maison, la cour, le bac à sable, les grilles et des voitures comme celle peut être de papa. Alors je compris combien mes tentatives étaient vaines. Les vraies chaines ce n’étaient pas, les grilles, le muret de ciment de mon bac à sable, mais la bêtise, la folie, le fanatisme des grandes personnes.  

 

 

-------------------------------------------------------------------------------------

Socialisation

                                                                                  Visionner le diaporama Photostory


socialisation.jpg



 

 
  Ce jour là, je suis arrivé comme toujours en poussette à presque 4 ans, je répète pourtant, que je peux marcher, courir, je le fais bien avec papa. Quand j’arrive je lui souris et on part vite jouer, mais cela ne dure pas longtemps. Je passe toujours devant le banc des papas. Il y a toujours des papas qui attendent parce que les mamans n’ont pas pu venir. Après, il y a la maison des jouets, il y en a deux toujours fermées. Dedans des milliers de jouets, mais on n’y a pas droit. Cet été j’ai fait du roller et du vélo mais dans le sable et les gravillons. Et puis après je suis allé jouer dans la grande salle avec mes jouets car ici il n’y a jamais de jouets pour les enfants, souvent il fait très froid et je garde mon bonnet et je suis seul avec papa, quand je le quitte il fait souvent nuit et je suis fatigué. 

 
-------------------------------------------------------------------------------------

Et demain

et_demain.jpg
 


 


 


 

  Moi, je joue, avec papa, c’est sûr que je préférerais être ailleurs. Moi cela va. Mais ici, des enfants et des papas sont très malheureux. Je vois et j’entends tout et cela me fait un peu peur. Je me souviens une fois je n’ai pas voulu parler à mon papa parce qu’on m’a dit qu’il ne voulait pas me voir ! Je suis sûr que ce n’était pas vrai. Une fois, maman et une autre dame criaient tout le temps contre mon papa, le juge (JDE) n’a rien dit, j’avais mal au ventre. Même que papa a dit qu’il ne comprenait pas pourquoi j’étais ici et pourquoi je n’étais pas à l’école. Moi on ne m’a rien demandé, moi j’ai donné mon avis, je suis resté tout le temps avec papa et je montais sur ses genoux. Quand mon papa a voulu parler, il a levé le doigt comme à l’école et la dame a dit : quand je parle je n’aime pas être interrompue, mon papa n’a rien dit. Ici je suis toujours seul avec papa, mais jamais longtemps car il y a les surveillants. J’aimerais être seul avec papa, qu’il me raconte des histoires avant de dormir, m’apporte mon petit déjeuner au lit quand je suis fatigué, m’amène à l’école et vienne me chercher. Maman m’a dit qu’il ne fallait pas que papa me prenne dans les bras parce qu’il me serre trop fort et qu’il peut me faire tomber et que je ne pouvais pas être avec papa parce qu’il ne faisait pas attention pour traverser la rue et que je ne pouvais pas non plus aller au ski avec lui.
 


 

-------------------------------------------------------------------------------------

La vidéo de la honte

                                                   La video de la honte                                                    

   2007 : Dans les minutes qui suivirent la vidéo, les choses ne s’arrangèrent pas. Je n’oublierai jamais le regard de mon enfant. Malgré mon indignation et mon désir de laisser un témoignage, j’abandonnais la caméra pour me rapprocher de mon fils souffrant. L’éducateur refuse dans la vidéo à cet enfant de 3 ans de franchir la porte qui le menait dans le hall avec son ‘bâton’, grande branche bien inoffensive, sans même un mot d’explication. Un peu plus tard alors que mon fils refusait de quitter son ‘bâton’, figé dans son mètre carré, qu’il s’agrippait à moi et qu’il demandait à boire, l’éducateur refusa de lui apporter l’eau qu’il demandait en lui expliquant : « c’est au parent à s’en occuper ». Un moment plus tard Mme .... autre éducatrice, passant devant l’enfant, alors que je l’alertais de la situation, dit à ses collègues à haute voix : « (prénom de l'enfant) joue dans les feuilles mortes. ». Le médecin référent me confia, que ce même jour, après la visite à l’APCE, il avait jugé l’enfant en très mauvais état et avait demandé à la mère de le conduire aux urgences. Coïncidence troublante, la veille de ce dramatique événement, Mme ...., éducatrice spécialisée à l’AEMO avait rendu une première visite au domicile de la maman. Je précise qu’à la visite suivante, deuxième et dernière visite, la maman exprima son désir que l’AEMO s’arrête. La référente auprès des familles à l’APCE refusa d’adresser un compte rendu au JDE, malgré ma demande. En septembre/octobre 2006, l’enfant par trois 3 fois, durant les 3 semaines de visites successives, pendant 45 minutes refuse de sortir de sa poussette et cache son visage. La douleur m’étreint mais surtout la crainte, qu’y a-t-il derrière ? Le pédiatre parle de symptôme caractéristique de la dépression mais aussi de beaucoup d’autres choses possibles : il faut voir l’enfant…le suivre…Mais la référente, refuse de le signaler : « nous n’avons pas jugé utile de le faire». Les événements seront oubliés puis niés. D’autres se succéderont, les cris…les hurlements, mais que dire ? L’enfant va bien … Ce qui explique que cette fois, ce triste jour de 2007, je filme.
 

-------------------------------------------------------------------------------------

L'incident

                                       L'incident                                                                

 

 

 

  J’ai vu mon cousin. Papa n’avait pas menti, j’avais un cousin et une famille. Je l’ai vu à travers les grilles. Une surveillante n’a pas été contente. Je n’avais pas le droit !  Est-il besoin de raconter : les incidents se sont multipliés avec les papas. Concernant l’incident narré précédemment la directrice jugera bien de rappeler par courrier le règlement, sans qu’il n’ait été enfreint. Peut être une époque révolue, du moins je l’espère d’un personnel qui s’est égaré parfois dans une difficile mission, mais semble avoir retrouvé le sens des valeurs !  

 





-------------------------------------------------------------------------------------

Jeu avec papa

                                    Jeu avec papa

 Il y avait un enfant heureux avec son père. Un bonheur fragile, en principe un droit légitime, mais ici toujours menacé, qu’il faut défendre avec rage. Ce saut, cet horizon d’horreur que tu cherches à franchir, hors de ton espace, hors de ton temps, dans un inconnu total, mon fils je l’ai franchi pour toi, pour retrouver le monde de l’humain. Merci, je l’ai fait pour toi, mais sans toi aurai-je eu la volonté et la force. Mon enfant, durant ces longues années tu as accompagné chaque instant de ma vie, de ta présence dans les rêveries les plus merveilleuses. Contre cela personne n’y pourra rien. Les temps perdu ne se rattrape jamais. Fasse que ces années volées t’apportent un supplément de grandeur d’âme et d’esprit. Ta chaude présence m’a permis de survivre, aujourd’hui, que mon combat puisse te permettre de vivre. Merci mon enfant. Ton exemple est celui de la raison, du courage et de l’amour qui triomphent. Un regret, me feras tu le reproche d’avoir tant attendu pour le combat de la vie ? Une douleur à jamais : quelle est ma responsabilité dans cet engrenage de la folie et de la barbarie, alors que j’avais tant à t’offrir.

 

 

 

 

-------------------------------------------------------------------------------------


Retour haut de page
              Retour accueil                                                                                Article suivant :     Mon histoire

 


Date de création : 05/02/2009 : 07:36
Dernière modification : 29/04/2013 : 22:10
Catégorie : Un divorce à Créteil
Page lue 1060 fois


Prévisualiser Prévisualiser     Imprimer l'article Imprimer l'article

react.gifRéactions à cet article



Design : Sabine Jeangérard - Creative commons - Optimisé pour Firefox
^ Haut ^